Un remède à la mélancolie

Bradbury n’est pas seulement l’un des tout premiers auteurs de science-fiction, il est aussi un grand écrivain, comme en témoignent les vingt-deux nouvelles de ce recueil qui, de la Terre à Mars et de Mars à Vénus, proposent un périple où l’espace et le temps échappent à leurs frontières familières pour restituer à chaque chose, à chaque être, sa dimension fantastique ou sa part de merveilleux.

Car sous la rigueur des mécanismes de l’intelligence, Bradbury ne manque jamais de laisser percer sa tendresse, tour à tour cachée sous l’ironie et le sarcasme, ou jaillissant vers les adolescents et les vieillards : ceux que la vie appelle et ceux d’où elle se retire…

Barre-de-séparation

De Ray Bradbury, je ne connaissais jusque là que Fahreiheit 451, lu dans ma jeunesse.
C’est à l’occasion de sa nomination en tant qu’auteur du mois du Challenge Culture Geek que j’ai découvert qu’il avait aussi écrit de nombreuses nouvelles.
Un remède à la mélancolie est un recueil de 22 d’entre elles, jamais bien longues, sur tous les thèmes possibles et imaginables.

Que ce soit le temps, l’espace, l’amour ou l’amitié, l’auteur sait écrire sur tous les sujets et il est bien souvent très juste.

S’il part parfois dans des descriptions très abstraites lorsqu’il traite de l’espace, c’est dans des thèmes plus simples que je l’ai le mieux apprécié.

Je suis vieux comme si j’avais plusieurs milliards d’années. Ma vie a commencé il y a une minute. Je mesure aussi bien quelques centimètres que des centaines de milliers de kilomètres. Je suis incapable d’apercevoir mes pieds , tant ils sont loin, tant ils se sont éloignés …

Ce recueil est une très jolie découverte, avec de la poésie et de la mélancolie, mais aussi très ancré dans la réalité.
Ray Bradbury est un excellent conteur et je suis ravie d’avoir pu le découvrir sous cet aspect là.

Un remède à la mélancolie
Ray Bradbury
Denoël

7 réflexions sur “Un remède à la mélancolie

  1. j’ai beaucoup aimé les Chroniques qui est aussi un recueil de nouvelles, écrites à une même époques mais avec un plus bien appréciable: l’homogénéité, autour d’un même lieu, ça donne un liant aux nouvelles et un résultat harmonieux ( avec un parallèle fûté entre la conquête de Mars et celle de l’Ouest).
    Par exemple le plus récent  » de la poussière à la chair » avait ce problème là: des nouvelles de différentes époques, parfois séparées d’une trentaine d’années, parues dans diverses revues, auxquelles il avait du tricoter vite fait un fil conducteur – autour d’un personnage central d’une des nouvelles, et pas le plus intéressant – pour les publier en recueil.. et ça se voyait vraiment trop: les nouvelles étaient généralement bonnes, mais semblaient cousues ensemble artificiellement comme un patchwork. Donc oui, pour résumer, je recommande chaudement les Chroniques, qui compense en images surprenantes ce que les observations des missions martiennes ont infirmé depuis 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s