Fleur et sens

11947647_525418470967043_3511778850625867065_n

Motoharu Tsujimura est le fils cadet de la célèbre et riche famille Tsujimura. Il est amoureux de son ami d’enfance Akira Hasumi, mais ce dernier le repousse après avoir découvert les sentiments qu’éprouve son camarade pour lui…

Malgré cela, Motoharu poursuit ses études dans la même voie qu’Akira tout en essayant d’oublier sa déception amoureuse avec le temps…

Jusqu’au jour où Akira lui propose de rentrer avec lui après les cours, comme ils le faisaient si souvent au lycée…

Barre-de-séparation

Après avoir découvert Rihito Takarai dans Seule la fleur sait, 10 count, Seven days et Welcome to Hotel Williams Child Bird, il ne me restait plus que Fleur et Sens.

C’est chose faite et j’ai beaucoup apprécié ce recueil de deux jolies histoires. Elles peuvent être lues indépendamment du reste des œuvres de la mangaka, mais elles ne prennent véritablement sens qu’en se plaçant dans la continuité de Seule la fleur sait puisque tous les personnages y retrouvent leur rôle.

Fleur et sens, qui donne son titre à l’ouvrage, est particulièrement touchante à travers ses deux personnages principaux qui sont, comme à l’accoutumé avec cet auteur, absolument magnifiques et très bien caractérisés malgré le faible nombre de pages dont ils disposent.
Raconter le passé du professeur Tsujimura qui était un chouette personnage secondaire est vraiment une bonne idée et permet de faire le lien.

L’environnement est encore une fois très soigné avec des décors floraux de toute beauté.
Le trait est précis et le dessin met en valeur les deux jeunes hommes.

La fin de cette histoire est plutôt surprenante quand on a l’habitude de lire d’autres œuvres de cet auteur mais on y trouve ses grands thèmes de prédilection : l’acceptation de soi, l’adolescence, l’amour, …

Floraison est en comparaison bien plus joyeuse et on y retrouve également Misaki et Arikawa, déjà rencontrés eux aussi dans Seule la fleur sait. Ils assument bien leur situation et on se contente de les suivre dans leur quotidien parfois fragile et dans leur visite dans la famille de Yôichi, joyeusement cinglée.

Si elle parait un peu moins profonde que l’histoire précédente, cette histoire en est finalement son pendant et je trouve qu’elles s’accordent très bien.

L’ensemble aurait été bien trop plombant sans ce petit rayon de soleil.

De belles histoires, un dessin splendide et délicat, une émotion toujours énorme et des personnages touchants, ce manga est vraiment magnifique et offre une jolie suite à ceux qui ne voulaient pas quitter si vite Misaki et Arikawa.

Seule la fleur sait

Fleur et sens
Rihito Takarai
Taifu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s