Le Roi des Fauves

livre-le-roi-des-fauves

La famine touchant leur village, Kaya, Oswald et Ivar partent braconner dans les bois voisins appartenant au Jarl.
Surpris par son fils, ils se défendent comme ils peuvent mais se retrouvent condamnés à être changés en berserkirs, des hommes-bêtes enragés destinés à être assouvis par les puissants ou à s’entretuer.

Mais au moment de leur transformation, le Roi des Fauves s’immisce dans leurs pensées et les invite à venir le rejoindre au centre du royaume maudit d’Hadarfell pour qu’il les aide à interrompre leur transformation.

Merci aux éditions Scrineo et à Livraddict pour ce partenariat.

Barre-de-séparation

Si vous aimez la fantasy lumineuse, celle pleine de gentilles fées et de jolis elfes, et bien passez votre chemin !

Aurélie Wellenstein nous emmène là dans un monde froid, dur et sans merci. J’avais beau avoir beaucoup d’espoir pour les personnages, ce roman sent tellement le désespoir qu’il est facile de comprendre que la conclusion ne sera pas forcément heureuse.

Les trois personnages principaux sont des adolescents. Ivar est le fils du forgeron, fort et costaud, il a des muscles mais manque de réflexion. On pourrait dire un brave benêt mais il compense par une énorme volonté. Kaya est couturière, forte et déterminée, elle a un peu de tendance à tout ramener à elle. Quant à Oswald, il est un grand trouillard. Mais malgré sa peur, je me suis beaucoup attachée à lui.
Tous les trois ont en fait pas mal de défauts, ils sont terriblement humains en fin de compte et c’est ce qui rend leur châtiment encore plus cruel puisqu’ils vont devoir lutter contre un parasite qui les prive de leur volonté et de leur humanité.

Le style est simple, clair, précis et met en valeur un roman très tendu et haletant qui ne connaît pas de temps mort. Du début à la fin, je me suis accrochée aux pas de notre trio et je pense que j’ai autant souffert qu’eux tant leur peine et leurs épreuves semblent réalistes.

Je ressors de ma lecture avec l’impression que l’univers proposé mais surtout tout le cérémonial autour des Berserkirs et des lehrlings auraient pu être encore plus développés. Mais les auteurs ont tellement tendance à nous proposer des sagas à rallonge à l’heure actuelle que j’ai été ravie que cette histoire tienne en un tome unique.
J’ai vraiment adoré ce livre !

L’ouvrage est en plus magnifique grâce à la couverture illustrée par Aurélien Police qui est absolument superbe.

Le Roi des Fauves
Aurélie Wellenstein 
Scrineo

2 réflexions sur “Le Roi des Fauves

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s