La cité des Jarres

SDC14605

Le cadavre d’un vieil homme solitaire est retrouvé, le crane fracturé, dans son appartement à Reykjavík.

Mais la victime n’est peut être pas celle qu’on croit et l’inspecteur Erlendur va venir remuer une histoire de viol vieille de 40 ans.

Barre-de-séparation

Il pleut, il pleut bergère ♫ ♫ .

C’est très agréable de lire ce livre en plein été parce qu’il apporte un énorme rafraîchissement.

En effet, le temps en Islande semble particulièrement pourri.

De la découverte du cadavre à la résolution de l’enquête, c’est une tempête continue qui souffle sur le pays. Balayant avec elle des souvenirs lointains, elle déterre de sordides histoires que tout le monde souhaiterait oublier.

Mais Erlendur est tenace et, avec l’aide de Sigurden Oli et Elinborg, il ira jusqu’au bout, malgré le retour dans sa vie de sa fille, enceinte et junkie.
Et une obsession entêtante pour les disparitions.

C’est un splendide livre, très bien ficelé avec un excellent suspense et surtout des personnages très solides, qui donnent envie d’en apprendre plus sur eux, sur leur vie, leurs failles, leur famille.
Le temps est au diapason de l’enquête et de ce climat qui s’insinue dans tous les détails.
Et l’Islande est là, partout, avec ses spécificités et ses caractéristiques bien à elle. Ses disparitions et son fichier génétique de la population. Un personnage à part entière.

La cité des Jarres
Arnaldur Indridason
Points

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s