Sherlock 103 – The Great game

sherlockl

Absolument exceptionnel, il n’y a pas d’autres mots pour définir cet épisode dans lequel on retrouve à la fois une enquête policière fabuleuse et des personnages extraordinaires.
Tous les ingrédients sont là pour rendre ce final magnifique.

Sherlock ne serait rien sans son John mais c’est dans son face à face avec Jim que la série prend une autre dimension. Il fallait bien un consultant criminel de génie pour faire face au seul détective consultant du monde.
Andrew Scott incarne un Moriarty diabolique et extraordinairement réussi.

Andrew Scott as Jim Moriarty on Sherlock The Great Game 2   greatgame5

moriartytitle   Andrew Scott as Jim Moriarty on Sherlock The Great Game

Mark Gatiss, qui n’est donc pas le roi de l’intrigue policière au long cours, contourne très habilement le problème en proposant une suite de mini énigmes toutes très réussies, amenant au dénouement de la saison entière.
Cinq pépins d’orange, cinq bips de téléphone, cinq enquêtes. Toutes sont impeccables et l’ensemble est très bien construit et très bien structuré.

Le génie de Sherlock est montré sous son plus beau jour tout en étant très logique mais diaboliquement froid par moment.

boude

Le génie boude dans son coin

John n’est pas mis à l’écart, loin d’être un idiot il réussit même à mener sa propre enquête et on peut voir à quel point sa relation avec Sherlock est solide.
Surtout comparé à cette pauvre Molly qui se voit envoyer dans les dents que son petit copain est gay, sans le moindre remords.

ImageGen

Et ce brave Mycroft qui se fait envoyer bouler alors qu’il apportait sa jolie énigme.

greatgame11

Pourtant, Mycroft est tellement doué, qu’est ce que je peux aimer ce personnage et cette classe qu’il amène !

4060254_f520

La scène finale à la piscine est un modèle de tension. Ce pauvre chaton de John, emmitouflé dans son gros manteau qui cache les explosifs installés par ce génie de Moriarty (parce qu’il est clair que Moriarty est un génie !). On peut même voir un instant de doute dans le regard de Sherlock qui se demande s’il ne s’est pas fait avoir par son coloc.

00020xw8

Et l’instant où Sherlock se rend compte qu’il s’est fait balader du début à la fin par un Moriarty diabolique (oui, j’adore ce type …)

1294175014-vlcsnap-2011-01-04-19h23m53s119

Et cette fin d’épisode énormissime où nos trois zigotos risquent de se faire exploser.

1294175014-vlcsnap-2011-01-04-19h31m53s56

Génialissime !

J’ai eu la chance d’avoir peu de temps à attendre avant de voir la saison 2 et heureusement. Gatiss et Moffat avaient quand même tourné cette fin d’épisode sans savoir s’il y aurait une suite …
Et franchement, à la fin, on a juste envie de crier très fort que c’est impossible de terminer de cette manière !

“Don’t make people into heroes John. Heroes don’t exist and if they did I wouldn’t be one of them.”

url

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s