Magasin Général – Tome 1 : Marie

url

C’est les années 20. Au fin fond de la campagne québécoise, dans la paroisse de Notre-Dame-des-lacs, les habitants ont l’habitude de se ravitailler au « Magasin général », le seul point de vente des environs.
Lorsque le propriétaire, Félix, meurt, c’est à sa femme Marie que revient la lourde tâche de gérer le magasin.
Et gérer le « Magasin général », c’est bien plus que de la vente d’épicerie : c’est aussi rendre des services, comme passer un coup de fil ou accompagner un enfant qui s’est cassé la jambe chez le médecin le plus proche. C’est aussi crouler sous les demandes incessantes de fournitures diverses – de la pièce de tissu au grillage pour les poules.
Marie aura-t-elle les reins assez solides pour supporter cette mission ?

Barre-de-séparation

Magasin Général, de Loisel et Tripp, raconte la vie de la paroisse de Notre Dame des Lacs, petit village du Canada, entre les deux Guerres Mondiales.
Felix Ducharme, dont les paroles ouvrent et ferment ce tome, est le propriétaire du seul magasin. Et il vient de décéder.
Marie, sa femme, va devoir surmonter son deuil pour reprendre la boutique.

Le rythme est lent, très lent, sûrement trop lent pour certains lecteurs qui peuvent ne pas apprécier. Pour ma part, j’ai adoré. Une année de la vie de ce village, entre joie et peine, naissance et décès, bagarres et amitiés.

Le dessin est fait à quatre mains, aucun des personnages n’est franchement beau mais ils sont tous terriblement attachants, avec une mention particulière pour le nouveau curé et le charpentier, qui devient son ami alors qu’il refuse de fréquenter l’église.

Le langage du Québec, avec ses expressions si particulières, est particulièrement bien retranscrit.

Le tome se conclut par la rencontre, au bord d’une route, entre Marie et un mystérieux voyageur, dont la moto vient de tomber en panne.

Magasin Général – Marie
Loisel & Tripp
Casterman

Publicités

2 réflexions sur “Magasin Général – Tome 1 : Marie

  1. Il est vrai que l’histoire est lente, mais ça ne m’a pas gênée, et j’ai bien aimé le fait que pour changer ça retranscrit la vie quotidienne de personnes ordinaires. Quant aux dessins, je suis d’accord que ce n’est pas beau, mais ça dégage un certain charme.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s