Doctor Who – Les voleurs de rêves

9782811208745_1_75

Dans un futur lointain, le Docteur, Rose et le capitaine Jack arrivent au beau milieu d’un monde où la fiction est prohibée. Même mentir et rêver sont désormais des crimes punis par la loi. Mais une chaîne de télévision clandestine appelle la population à l’insurrection…

Le Docteur souhaite évidemment apporter son soutien à ce soulèvement, jusqu’au moment où, confronté au personnel d’un asile psychiatrique et à un dément hanté par des monstres imaginaires, il devra bien admettre que tout rêve peut s’avérer dangereux.
Mais pas autant que la vérité elle-même…

Barre-de-séparation

Doctor Who, ce n’est pas seulement une série de plus de 200 épisodes et vieille de 50 ans.
C’est également deux films, un téléfilm, trois spins offs, une centaine d’audio books (malheureusement tous en Anglais) et une bonne centaine de livres dont une vingtaine a été traduite en Français.

Les premiers romans traduits dans les années 1980 sont des novélisations d’épisodes Classic. Comme je ne les ai pas encore tous vus, je préfère pour l’instant éviter de les lire.

Depuis 2012, l’éditeur Milady a publié en Français certaines des aventures inédites d’Eleven, puis une de Nine.
Christopher Eccleston n’ayant joué dans Doctor Who que peu de temps, son Docteur est celui qui apparaît le moins dans les aventures dérivées.
En comparaison, Paul McGann, qui n’a joué Eight que dans le téléfilm de 1996 et un mini épisode en 2013 a également tourné des dizaines d’audio books.

Nine étant un de mes docteurs chouchous, je me suis précipitée sur ce livre, surtout en sachant qu’en plus de Rose, sa compagne attitrée, Captain Jack était également de la partie.

On suit donc les aventures du Docteur et de ses compagnons qui arrivent sur une planète sur laquelle il est interdit de rêver, de mentir ou d’imaginer, sous peine d’emprisonnement dans la Grande Maison Blanche. Ils se rallient à la cause des rebelles avant de rendre compte que, sur ce monde, les pires cauchemars ont tendance à devenir réalité.

L’écriture est assez simple, les personnages sont bien caractérisés. On retrouve facilement Nine, ses sourires et ses beaux yeux. Rose est aussi nunuche-potiche que dans la série et Jack toujours aussi charmeur et sur de lui.

Capture

En revanche, il vaut mieux connaître la série pour apprécier ce livre. Aucune description physique des personnages n’est faite et aucune explication sur les raisons qui les poussent à voyager ensemble n’est donnée. Si vous ne savez pas ce qu’est le TARDIS ou que le Docteur voyage dans le temps et l’espace, vous risquez d’être vite paumés.

J’ai adoré me replonger dans des aventures de Nine, le Docteur qui m’a fait connaître la série, j’attends désormais avec impatience la traduction de ses autres nouvelles.

Doctor Who – Les Voleurs de rêves
Steve Lyons
Editions Milady

1425268612

Publicités

2 réflexions sur “Doctor Who – Les voleurs de rêves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s